Chomarat™ Corporate

Portrait de femme: Karine, Tisseuse.

Après un BEP service aux personnes et un bac science médico-social, je souhaitais poursuivre mes études mais je devais pouvoir les financer. J’ai donc cherché du travail et finalement, je n’ai pas repris l’école. J’ai travaillé pendant 17 ans dans la bijouterie et 3 ans dans la salaison.

J’ai été embauchée chez Chomarat en août 2019 comme tisseuse, en parallèle j’ai aussi été formée au remettage. Le recrutement s’est fait sur la base de tests d’aptitude et de personnalité pas uniquement sur le CV.

En tant que tisseuse, je suis chargée du contrôle de la qualité du tissu sur la machine, de la levée des coupes et de l’étiquetage. Ce métier nécessite à la fois d’être dynamique et posée, il faut être consciencieux pour assurer le meilleur contrôle qualité.

Ce métier est stimulant : chercher le bon réglage, réfléchir à une panne et trouver comment la résoudre. Je trouve cela riche et diversifié, loin d’un travail routinier.

Le métier de tisseur était traditionnellement plutôt réservé aux hommes. Aujourd’hui, grâce aux outils mécaniques, il est accessible aux femmes sans contrainte ni pénibilité.

Dans cet univers plutôt masculin, les femmes sont bien acceptées. J’ai été intégrée rapidement et de façon très naturelle.Je suis la seule femme tisseuse dans mon équipe mais j’aime mon métier et il n’y a pas de préjugé sur mes compétences. Je pense d’ailleurs qu’il est parfois plus facile de travailler dans la mixité. Chez Chomarat, nous avons les mêmes chances que les hommes, les mêmes opportunités.

Si j’avais un message à passer, je dirais aux jeunes femmes qu’il ne faut pas hésiter à se lancer. Il faut saisir les opportunités qui se présentent même si on ne se sent pas légitime. Il faut tenter et ne pas avoir peur.

 

Chomarat™ Corporate